Back

PUBLICATION IMMÉDIATE

Déclaration de Carol McBride, présidente de l’Association des femmes autochtones du Canada, à l’occasion du 75e anniversaire de l’adoption de la Convention internationale pour la prévention et la répression du crime de génocide

Published on December 9, 2023

Press release french 1

« Il y a 75 ans que le monde s’est réuni, au lendemain des horreurs de la Seconde Guerre mondiale, pour condamner le crime de génocide.

La Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide (la Convention) déclare que les vies humaines ne doivent plus jamais être menacées sur la base de la nationalité, de l’ethnicité, de la race ou de l’appartenance à une religion.

C’est un concept fondamental pour les droits de la personne et la justice sociale. Nous l’avons pourtant vu piétiné tout au long de l’histoire par le racisme, la xénophobie, l’impérialisme et la colonisation.

Malheureusement, la Convention de 1948 n’a pas mis fin à l’acte de génocide. Une enquête nationale a révélé qu’il se poursuit aujourd’hui, au Canada, par des niveaux disproportionnés de violence envers les femmes, les filles et les personnes Deux‑Esprits, transgenres et de diverses identités de genre autochtones.

La Convention exprime la volonté de la communauté internationale de ne pas tolérer ces actes d’atrocité de masse. Il y est dit que les parties contractantes demanderont des comptes aux auteurs d’actes de génocide.

En tant que femmes autochtones, nous connaissons l’importance des déclarations fondées sur les droits de la personne. Il y a trois quarts de siècle que les nations humaines de la Terre Mère se sont réunies pour adopter cette convention essentielle. Nous espérons que nos générations futures ne grandiront pas dans un monde où règnent la brutalité insensée et le génocide. »

-30-

Media Contact:

For information, or to arrange an interview, contact:

Roselie LeBlanc
roselie@sparkadvocacy.ca

604-928-3233

Pour obtenir plus d’information ou prendre des dispositions pour une interview, contacter:

Roselie LeBlanc
roselie@sparkadvocacy.ca

604-928-3233


About The Native Women’s Association of Canada

The Native Women’s Association of Canada (NWAC) is a national Indigenous organization representing political voices of Indigenous women, girls, Two-Spirit, transgender, and gender-diverse people in Canada. NWAC is inclusive of First Nations—on- and off-reserve, status, non-status, and disenfranchised—Inuit, and Métis. An aggregate of Indigenous women’s organizations from across the country, NWAC was founded on a collective goal to enhance, promote, and foster social, economic, cultural, and political well-being of Indigenous women, girls, Two-Spirit, transgender, and gender-diverse people within their respective communities and Canadian societies.

À propos de l'Association des femmes autochtones du Canada

L'Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est une organisation autochtone nationale qui représente la voix politique des femmes, des filles, des transgenres, des bispirituels et des personnes de sexe différent au Canada, y compris les membres des Premières nations vivant dans les réserves et hors réserve, les Indiens inscrits et non inscrits, les personnes privées de leurs droits, les Métis et les Inuits. Regroupant des organisations de femmes autochtones de tout le pays, l'AFAC a été fondée dans le but collectif d'améliorer, de promouvoir et de favoriser le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes autochtones au sein de leurs communautés respectives et des sociétés canadiennes.